Donner son cerveau pour la recherche scientifique c’est contribuer à percer son mystère et c’est participer à la recherche sur ses maladies.

C’est un acte généreux et utile. Les moyens pratiques rendant possible ce don sont explicités sur ce site.

D’importants progrès ont été faits dans la compréhension des maladies neurodégénératives, mais ils ne permettent pas encore de guérir ces affections : les mécanismes intimes de la formation des lésions et de leur retentissement sur le fonctionnement du cerveau restent encore en partie mystérieux. Les progrès de la biologie moléculaire ont conduit à produire des animaux modèles, tels que les souris transgéniques, qui permettent de mimer la pathologie humaine. Elles le font encore très imparfaitement. C’est pourquoi l’étude du cerveau humain malade reste encore et même plus que jamais nécessaire pour trouver de nouvelles voies de recherche ou pour confirmer des résultats obtenus par l’expérimentation.

Le cerveau humain est un organe trop précieux et trop complexe pour être biopsié sinon dans des circonstances exceptionnelles. Si la biopsie est le plus souvent impossible, l’analyse post mortem est en revanche réalisable et peut donner des renseignements inestimables par exemple sur l’abondance et la topographie des lésions, et sur leur composition chimique. Le but de la collection d’échantillons biologiques à visée neurologique (Neuro-CEB) est de rassembler dans les meilleures conditions de tels échantillons dans le but de favoriser la recherche thérapeutique sur les maladies neurodégénératives. Les Associations de patients Fondation ARSEP (pour la Recherche sur la Sclérose en Plaques), Connaître les Syndromes Cérébelleux (CSC), France Alzheimer et France Parkinson, financent l’entreprise et apportent leur soutien logistique.

Prélever le cerveau après la mort est un geste difficile, non seulement pour des raisons techniques mais aussi parce qu’un tel geste va à l’encontre de tabous envers la dépouille mortelle. Le GIE Neuro-CEB a donc décidé de ne le pratiquer que s’il dispose d’un accord écrit du patient ou de sa personne de confiance témoignant de sa volonté. Les prélèvements sont effectués par les neuropathologistes des principaux CHU de France regroupés en réseau. Les échantillons sont ensuite mis à la disposition de chercheurs dont le projet scientifique a été au préalable agréé par des spécialistes de la pathologie concernée.

La réglementation qui régit les banques tissulaires telles que le GIE Neuro-CEB est très stricte en France aujourd’hui et impose une autorisation du ministère de la recherche. Celle-ci a été obtenue par le GIE pour la maladie d’Alzheimer, de Parkinson, les ataxies cérébelleuses, la Sclérose en Plaques, et pour les échantillons issus de personnes non atteintes de ces maladies.
Le GIE est certifié selon la norme AFNOR NF S-96900 depuis juillet 2010.

 

Pour toute information :

 

Marie-Claire Artaud-Botté
Coordinatrice du GIE Neuro-CEB

Plate-Forme de Ressources Biologiques, Bâtiment Roger Baillet
Hôpital de la Pitié-Salpétrière
47-83 boulevard de l'Hôpital
75651 Paris Cedex 13

Tel: 01.42.17.74.19 / 06.79.80.87.97
Fax: 01.42.17.75.02
marie-claire.artaud@neuroceb.org

 
 


France Parkinson, France Alzheimer, Fondation ARSEP, CSC


APHP, INSERM, UPMC


FRC, Rotary Club, IFRAD, Cadasil France, Fondation Plan Alzheimer


 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dernière mise à jour du site: 02/11/2015